Actualité locale Par Félix-Antoine Parent |

Réorganisation administrative à la base de Maniwaki : la préfète Lamarche déçue de l’entêtement de la SOPFEU et de l’inaction de Québec

SOPFEU 3
Temps de lecture
2 min

La Société de protection des forêts contre le feu a annoncé, plus tôt cette semaine, qu’elle poursuivra sa réorganisation administrative, et ce, malgré les préoccupations soulevées par la Vallée-de-la-Gatineau, qui craint les impacts à long terme des changements. Cette décision a été rendue après une analyse des suggestions et commentaires formulés en octobre dernier par les élus locaux et les membres du Comité urgence SOPFEU.

De son propre aveu, la préfète de la Vallée-de-la-Gatineau, Chantal Lamarche, aurait espéré obtenir une contre-proposition de la part de la SOPFEU, plutôt qu’une fin de non-recevoir :

La préfète Lamarche s’est dite déçue que la Coalition avenir Québec n’ait pas entamé des démarches auprès du conseil d’administration de la SOPFEU afin qu’elle revoie sa réorganisation administrative. Elle aurait espéré que des actions concrètes soient posées en ce sens par le député de Gatineau Robert Bussière, et par le ministre de la Forêt, de la Faune et des Parcs, Pierre Dufour :

La SOPFEU a présenté des engagements envers la Vallée-de-la-Gatineau afin de répondre aux préoccupations socio-économiques que soulève la réforme en cours. Cependant, Chantal Lamarche n’a pas confiance que ces engagements soient respectés :

Les maires de la région et les membres du Comité urgence SOPFEU comptent bien avoir d’autres discussions dans ce dossier, eux qui ne sont pas prêts à jeter la serviette.

Autres actualités qui pourraient vous intéresser