Actualité locale Par Alex Meunier |

Pour leur bien, il faut cesser de nourrir les chevreuils

centre_cerf_04-300x200
Temps de lecture
2 min
Crédit photo: Municipalité de Sainte-Thérèse-de-la-Gatineau

Comme chaque année, plusieurs personnes prennent la décision d’acheter du foin, de la luzerne ou de la moulée dans le but de nourrir les chevreuils. Certaines personnes ont la perception que ces bêtes pourraient manquer de nourriture durant la saison froide et qu’ils accomplissent un bon geste en leur fournissant de la nourriture, souvent dans des mangeoires.

Cependant, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec (MFFP) rappelle qu’il s’agit d’un comportement qui nuit aux chevreuils et à leur santé. André Dumont, biologiste responsable de la grande faune pour la direction régionale de l’Outaouais au MFFP, donne plus d’informations sur ce sujet :

Nourrir les cerfs de Virginie peut aussi avoir un autre effet indésirable, soit celui de causer des accidents de la route. Chaque année, on compte des centaines de collisions impliquant des chevreuils, comme le rapporte André Dumont :

Toutes ces données réunies expliquent en partie le fait que le cheptel de chevreuil a de la difficulté à grossir, selon ce qu’indique le biologiste du MFFP :

Le cerf de Virginie est un animal sauvage, il vaut mieux donc le laisser vivre en forêt et ne pas tenter de le faire sortir des ravages. Les conséquences sont néfastes tant pour la survie de cette espèce que pour les humains.

Autres actualités qui pourraient vous intéresser