Actualité locale Par Louis-André Jalbert |

Arrêté ministériel 2021-2024 : des employés du CISSSO songeraient à quitter

DÉPISTAGE
Temps de lecture
2 min

Le service de l’information de CHGA FM a reçu quelques témoignages de travailleurs de l’hôpital de Maniwaki qui réfléchissent à prendre une pause de leur emploi en raison de l’arrêté ministériel 2021-2024, rendant obligatoire le dépistage de certains employés non vaccinés œuvrant en santé.

Selon eux, le réel objectif de cette mesure n’est pas de freiner la propagation de la COVID-19 dans les établissements du CISSS de l’Outaouais, mais plutôt de forcer la vaccination chez les employés. Autrement, ces derniers estiment que le dépistage devrait être également obligatoire pour les travailleurs vaccinés, qui sont toujours vecteurs de propagation après une première inoculation.

Marie Montpetit, porte-parole en matière de Santé pour le Parti libéral du Québec, est préoccupée par ses déclarations. On l’écoute :

Le CISSSO, tout comme le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSs), a refusé nos demandes d’entrevue à ce sujet. La députée de Maurice-Richard déplore cette approche :

Marie Montpetit croit qu’il faut intervenir davantage pour répondre aux questions des travailleurs réticents concernant la vaccination. Cependant, elle estime que l’arrêté ministériel n’est pas abusif et qu’il est de la responsabilité des travailleurs de protéger les clients :

Mentionnons que le MSSS et le CISSSO nous ont tout de même fourni une réponse écrite à la suite de nos demandes d’entrevue. Ces derniers soulignent l’efficacité de l’arrêté ministériel alors que c’est plus de 2 000 travailleurs de la santé qui se font vacciner en moyenne, chaque semaine. La couverture vaccinale des employés du CISSS de l’Outaouais s’élève à 73 % et augmente de jour en jour.

Autres actualités qui pourraient vous intéresser