Actualité locale Par Simon Deschamps |

Un point de contrôle dans la Vallée-de-la-Gatineau pour limiter l’accès à l’Abitibi-Témiscamingue

Surete-du-Quebec-gyrophare
Temps de lecture
2 min

Pour tenter
de limiter la propagation entre les régions du Québec, le gouvernement du
Québec a adopté une autre mesure limitant les allées et venues dans huit
régions administratives, dont l’Abitibi-Témiscamingue.

Afin de
contrôler la circulation, la Sûreté du Québec a installé un point de contrôle,
samedi, à la jonction de la route 105 et de la route 117 à Grand-Remous.

La vice-première
ministre du Québec  et ministre de la
sécurité publique, Geneviève Guilbault a expliqué que seuls les gens qui se
déplacent relativement aux services essentiels tel qu’édicté par le
gouvernement auront le droit de circuler entre ces régions. Les déplacements
pour des raisons humanitaires et de santé seront également acceptés.

Outre
l’Abitibi-Témiscamingue, Québec limite les entrées et les sorties des régions
du Bas-Saint-Laurent, du Saguenay-Lac-Saint-Jean, de la Côte-Nord, de la
Gaspésie, des îles de la Madeleine, du Nunavik et des Terres-Cries-de-la-Baie-James.

Le directeur
national de la santé publique du Québec fait savoir que ces fermetures de
région se veulent préventives afin d’éviter que les «points chauds» de la
province viennent infecter ces régions moins touchées par la COVID-19. De plus,
ces régions contiennent des populations plus à risque de contracter la maladie.

L’Abitibi-Témiscamingue compte 27 cas de COVID-19.

Autres actualités qui pourraient vous intéresser