Suicide Détour veut ratisser plus large

Le grand défi de l’organisme Suicide Détour est certainement de briser les tabous entourant le suicide et de réussir à obtenir la confiance des gens dans le besoin afin qu’ils soient ouverts à parler de leurs difficultés.

Voilà l’une des raisons qui a poussé Suicide Détour à organiser et à être présent à une foule d’événements aux quatre coins de la Vallée-de-la-Gatineau. Durant la 20e assemblée générale annuelle qui avait lieu mercredi soir, l’une des intervenantes, Marie-Ève Tessier, a parlé de la participation de Suicide Détour à Art aux chutes, à Plaisirs d’hiver, à la Fête nationale 2016 en plus de parler de toutes les activités conçues pour la jeunesse.

En plus de ces activités, plusieurs sessions de groupe ont été organisées l’an dernier :

On sait que le comité du Parc des chutes de Denholm, qui est un partenaire de longue date de Suicide Détour, est appelé à disparaître ou du moins à changer drastiquement de visage alors que les membres fondateurs commencent à s’essouffler. De plus, le club de moto Les Daltons, qui était également un partenaire important de l’organisme, s’est dissous au courant de la dernière année. Marie-Ève Tessier nous parle de ces deux pertes pour Suicide Détour :

Au niveau financier, l’organisme a conclu l’année financière 2016-2017 avec un léger surplus de 5000 dollars. Une somme qui lui permettra d’embaucher une art-thérapeute. En 2017, on souhaite bonifier l’offre d’activités en groupe afin de piquer l’intérêt de plus de personnes.

Lire également

Les autorités font le point sur les inondations

Une rencontre à laquelle prenaient part plusieurs acteurs du milieu dont la ville de Gracefield …

MRCVG