Actualité locale Par Louis-André Jalbert |

Réactions mitigées concernant la décision de placer la Vallée-de-la-Gatineau en zone rouge

Maniwaki-photo-1024x662
Temps de lecture
2 min

Avec seulement 10 cas actifs, nombreux sont ceux qui remettent en question cette décision du gouvernement Legault de garder la Vallée-de-la-Gatineau en zone d’alerte maximale.

Toutefois, n’en demeure que plusieurs commerçants profiteront des allégements annoncés par Québec, entre autres les salons de coiffure et les commerces jugés non essentiels.

Jean-Guy Hubert, propriétaire de J.O Hubert, se dit soulagé de retrouver un semblant de normalité à l’intérieur de son commerce et de retrouver la totalité de ses employés :

De son côté, Karianne Hubert, copropriétaire du Gérard Hubert Automobile Ford, affirme que son équipe attendait cette annonce avec impatience :

Au niveau de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau (MRCVG), la pilule est un peu plus difficile à avaler. Chantal Lamarche, préfète de la MRCVG, estime que la région a fait les efforts nécessaires pour permettre l’ouverture des restaurants. Selon elle, la Vallée-de-la-Gatineau ne devrait pas être associée à l’Outaouais urbain dans ce type de situation :

Mentionnons que la Vallée-de-la-Gatineau cumule 403 cas de COVID-19 depuis le début de la pandémie, soit 10 actifs.  Lors du dernier mois, les résultats ce sont nettement améliorés dans tous les secteurs de l’Outaouais, qui compte aujourd’hui 129 cas actifs sur tout le territoire.

Rappelons que les nouvelles mesures concernant les commerces jugés non essentiels et les centres de soins personnels seront effectives dès le lundi 8 février. Le gouvernement du Québec effectuera une mise à jour le 22 février prochain. Notez que la semaine de relâche ne sera pas annulée pour les élèves de la Vallée-de-la-Gatineau.

Autres actualités qui pourraient vous intéresser