Actualité locale Par Félix-Antoine Parent |

Pont de l’Aigle : protégeons notre patrimoine, clame la Corporation du Château Logue

Pont de l'Aigle Montcerf-Lytton
Temps de lecture
2 min

L’achèvement de la portion de la route Maniwaki-Témiscamignue située dans la Vallée-de-la-Gatineau pourrait nécessiter la construction d’un nouveau pont là où se trouve actuellement le pont de l’aigle qui est l’un des derniers ponts couverts existant dans la région.

En juillet dernier, Corporation du Château Logue a reçu une demande provenant de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau afin d’appuyer la relocalisation du pont, ce qu’elle a refusé de faire. Le directeur de la Corporation, François Ledoux, est catégorique par rapport au fait que le pont de l’Aigle, comme les trois autres ponts couverts qui existent toujours dans la région, doit faire l’objet d’une attention particulière et demeurer dans son environnement original :

Ce dernier donne en exemple le pont couvert Félix-Gabriel-Marchand à Mansfield-et-Pontefract qui a été remis en état grâce à un investissement de l’ordre de plus de 5 millions de dollars, dans les dernières années.

D’ailleurs, la Corporation du Château Logue estime que le prolongement de la route Maniwaki-Témiscamingue sera bénéfique pour l’économie de la région, mais qu’il doit se faire en protégeant et en mettant en valeur les éléments patrimoniaux de la région.

La Corporation du Château Logue s’oppose à la possible relocalisation de cette structure située à Montcerf-Lytton et demande plutôt aux élus de la région de protéger ce pan du patrimoine de la Vallée-de-la-Gatineau :

Selon la préfète de la Vallée-de-la-Gatineau, Chantal Lamarche, l’avenir du pont de l’aigle sera déterminé en fonction du tracé qui sera retenu pour le prolongement de la route Maniwaki-Témiscamingue, mais qu’il n’est pas question de le détruire, au contraire :

Rappelons que la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau a entrepris une démarche visant à mettre en valeur le pont de l’Aigle qui enjambe la rivière de Désert à Montcerf-Lytton, et ce, en collaboration avec le ministère de la Culture et des Communications du Québec.

Autres actualités qui pourraient vous intéresser