Actualité locale Par Félix-Antoine Parent |

Plusieurs acteurs régionaux font le point sur la question du logement dans la Vallée-de-la-Gatineau

table de développement social
Temps de lecture
2 min

Malgré les différents projets en branle dans la Vallée-de-la-Gatineau, réalisé dans le but d’améliorer l’offre locative, le besoin demeure immense. De nombreuses familles peinent à dénicher un logement alors que d’autres demeurent dans un logement insalubre.
Hier avant-midi, une trentaine d’acteurs de la région ont pris part au forum Logement-Habitation Vallée-de-la-Gatineau organisée par la Table de développement social de la Vallée-de-la-Gatineau, afin de discuter des enjeux liés à la crise du logement.
Pour l’Association de Solidarité et d’Entraide communautaire de la Vallée-de-la-Gatineau, la région gagnerait à se doter d’une politique ou d’un guide permettant d’aider les locataires ou les organismes en défense des droits à faire face à la question des logements insalubres. On écoute Maude Lafrenière, co-coordonnatrice chez l’ASEC :

Selon certains intervenants qui ont participé au Forum de la Table de développement sociale, la question de la santé mentale est intimement liée à la question du logement alors que plusieurs logis sont laissés dans un état exécrable lors du départ des locataires, ce qui n’aide pas à conserver une offre locative de qualité dans la région. La possibilité pour les organisations responsables de logements sociaux de partager un travailleur social a été évoquée. Voici à ce sujet Emanuelle Pilon, directrice de l’Office municipal d’habitation de Maniwaki-Gracefield :

À elle seule, l’Office municipal d’habitation de Maniwaki-Gracefield compte une trentaine de demandes de famille en attente d’un logement, ce qui ne comprend pas les locataires de logements jugés insalubres.

Autres actualités qui pourraient vous intéresser