Actualité locale Par Louis-André Jalbert |

Plus de refus que d’acceptation dans les maisons d’hébergement pour les victimes de violence conjugale

Une femme, les yeux fermés, un ruban sur la bouche
Temps de lecture
1 min

D’après une étude réalisée par l’Assemblée des groupes de femmes d’interventions régionales (AGIR) de l’Outaouais, les maisons d’hébergement pour les femmes victimes de violence conjugale doivent refuser près de 40 demandes par semaine dans la région.

Une réalité qui touche la Vallée-de-la-Gatineau, puisque le manque de ressource force la Maison Halte-Femme Haute-Gatineau à refuser, la plupart du temps, les demandes des victimes.

Écoutons Marianne Lyrette, directrice d’Halte-Femme Haute-Gatineau, qui donne les statistiques au courant de la dernière année :

Selon Halte-Femme Haute-Gatineau, cette situation reflète plusieurs autres problèmes, comme le manque de logement social dans la Vallée-de-la-Gatineau :

Mentionnons que plusieurs demandes dans la Vallée-de-la-Gatineau sont reliées au manque de place dans les maisons d’hébergement en Outaouais urbain.

Rappelons qu’en mars dernier, le gouvernement du Québec avait annoncé qu’il injecterait 14 millions de dollars dans les 130 maisons d’hébergements de la province.

Autres actualités qui pourraient vous intéresser