Actualité locale Par Alex Meunier |

L’harmonisation forestière se fait toujours au ralenti avec Lac Barrière

drapeau-rapid-lake-300x205
Temps de lecture
3 min

C’est le gouvernement du Québec, par son ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec, qui a la responsabilité d’indiquer aux compagnies forestières quels secteurs sont à récolter sur les terres publiques. C’est aussi ce même ministère qui doit s’assurer d’harmoniser les travaux de coupes forestières avec les autres utilisateurs de la forêt, comme les Algonquins de Lac Barrière.

Comme on sait, les relations peuvent être houleuses entre cette communauté et les différents paliers de gouvernement. Et au cours des derniers mois, l’harmonisation des territoires forestiers, le processus par lequel la communauté de Lac Barrière a un certain contrôle sur les zones à exclure des futurs chantiers de coupes forestières, se fait au ralenti.

Le chef de la communauté algonquine de Lac Barrière, Casey Ratt, indique que des négociations sont en cours avec le gouvernement du Québec pour dénouer l’impasse :

Les recommandations du rapport Ciaccia-Lincoln étaient au nombre de sept et s’intéressaient à l’utilisation des terres et de la forêt, avec la mise en place d’un Plan de Gestion intégrée des Ressources, la reconnaissance de l’entente trilatérale signée en 1991 entre les gouvernements du Canada, du Québec et les Algonquins de Lac Barrière. Le rapport recommandait aussi qu’une ligne électrique soit installée et payée par Hydro-Québec. Mais le point le plus litigieux du rapport est sans contredit le partage des gains effectués dans leurs secteurs. Le rapport Ciaccia-Lincoln indiquait qu’une redevance annuelle d’un million et demi de dollars devrait être fournie à cette communauté pour l’utilisation des ressources naturelles. C’est sur quoi portent les négociations entre Lac Barrière et le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs. Un montant comparable à ce qui avait été accordé à des communautés autochtones du Nouveau-Brunswick en juillet 2005 par la Cour suprême du Canada.

Mathieu Gaudreau, attaché de presse du ministre Laurent Lessard, n’a pas voulu commenter la situation lors d’une entrevue. Il a tout de même confirmé à la radio CHGA qu’un négociateur avait été nommé par Québec dans le but de dénouer plusieurs problèmes qui entourent l’harmonisation des chantiers forestiers dans la réserve faunique La Vérendrye. Cependant, le MFFP dit continuer de tout mettre en œuvre pour assurer un approvisionnement suffisant pour les usines de la région.

Autres actualités qui pourraient vous intéresser