Actualité locale Par Marc Beaudoin |

Les pourvoiries attendent avec impatience que le gouvernement autorise les regroupements élargis en chalet

close-up-of-a-fisherman-catching-fish-3XY4MW9-1024x683
Temps de lecture
2 min

Le gouvernement du Québec a autorisé les rassemblements intérieurs limités à 10 personnes provenant au maximum de trois adresses différentes à partir du 15 juin. Malgré ce pas de plus dans le déconfinement, pour les pourvoiries, ce n’est pas suffisant pour reprendre pleinement les affaires.

La pandémie de la COVID-19 a un impact immense sur les pourvoiries. Il y a déjà de 30% à 40% du chiffre d’affaires qui est perdu actuellement. Lors de la fermeture des frontières, les pourvoiries ont perdu leurs clientèles provenant de l’extérieur de la région pour la chasse à l’ours.

Présentement, ils ne peuvent accueillir les groupes de pêches, qui sont habituellement nombreux dans les mois de mai et juin. À l’heure actuelle, les pourvoiries opèrent à 25% de leur capacité. Serge Danis, président de l’Association des pourvoiries en Outaouais mentionne l’urgence de reprendre les affaires :

Louis L’Écuyer, propriétaire du Dorval Lodge indique que cette mesure ne lui permettra pas d’opérer son entreprise à 100%, mais lui permet tout de même de conserver tout son personnel au travail. L’impact se fera surtout sentir sur les réservations de groupe :

Autres actualités qui pourraient vous intéresser