Actualité locale Par Marc Beaudoin |

Le Syndicat en désaccord avec le CISSSO pour pallier la pénurie de main-d’œuvre

infirmier-1024x683
Temps de lecture
2 min

La pénurie d’infirmières et de préposés aux bénéficiaires continue d’être un enjeu majeur en Outaouais. La recrudescence des cas de COVID-19 a poussé le Centre intégré de Santé et de Services sociaux de l’Outaouais à revoir l’utilisation de ses ressources humaines, afin d’éviter que ses employés ne deviennent des vecteurs de transmission du virus entre ses établissement.

Par contre, cette nouvelle mesure crée une difficulté au niveau des ressources humaines dans un contexte de manque de main d’œuvre. Pour palier au manque à gagner, l’organisation mentionne n’avoir eu d’autres choix que d’obliger ses infirmières, infirmières auxiliaires et préposées au bénéficiaires œuvrant à l’hôpital de Hull et de Gatineau à effectuer du temps complet. Voici les propos de Robert Giard, directeur adjoint des ressources humaines au CISSS de l’Outaouais :

Le recours à l’utilisation du rehaussement à temps complet est dénoncé par différents représentants syndicaux dont la présidente du Syndicat des travailleuses et travailleurs de la santé et des services sociaux de l’Outaouais (STTSSSO-CSN), Josée McMillan. Cette dernière est d’avis que cette décision, n’aidera pas à combler le manque de personnel sur la grandeur du territoire de l’Outaouais :

Pour Josée McMillan, les préposés aux bénéficiaires en CHSLD, sorti de la formation accélérée du gouvernement Legault, pourraient aller prêter main-forte en centre hospitalier avec une formation complémentaire :

Pour le moment, cette mesure concerne uniquement les employés des centres hospitaliers de Gatineau et de Hull et ne serait pas imposée dans la Vallée-de-la-Gatineau.

Autres actualités qui pourraient vous intéresser