Actualité locale Par Simon Deschamps |

La Vallée-de-la-Gatineau serait épargnée par le manque de places en garderies

group-of-diverse-students-at-daycare-PD96NC2-1024x722
Temps de lecture
2 min

Le retour en service des garderies dès lundi prochain représente un véritable casse-tête à l’échelle de la province. Des milliers d’enfants pourraient ne pas avoir de place en garderie et des milliers d’éducatrices pourraient aussi ne pas être en mesure de travailler en raison de contraintes de santé.

Toutefois, il semble que la Vallée-de-la-Gatineau se retrouve dans un classe à part à ce chapitre, comme l’explique la présidente de la Fédération des intervenantes en petite enfance du Québec (FIPEQ-CSQ), Valérie Grenon :



La FIPEQ-CSQ déplore la décision du ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, de ne pas maintenir le salaire de ces travailleurs qui ne seront pas de retour au travail en raison de leur âge ou de leur condition de santé. Au total, 6000 intervenantes pourraient se retrouver au chômage et pourrait causer la perte de 20 000 places subventionnées en CPE ou en milieu familial et aggraver le manque de place à l’échelle de la province :



Le gouvernement du Québec a autorisé hier un retour au travail de 60 ans et plus. Une décision qui a abasourdi la FIPEQ-CSQ, qui demande à Québec un délai supplémentaire de deux semaines pour permettre à ces employés de préparer convenablement le retour des enfants dans leurs établissements familiaux.

Mme Grenon demande à ses membres de prioriser leur santé malgré les impératifs financiers et de s’assurer d’avoir le feu vert de leur médecin avant de rouvrir leurs installations.

Rappelons que les ratios pour la réouverture des garderies ne permettent d’accueillir que 30 % de la clientèle habituelle, et  jusqu’à 50 % en cas de besoin.

Autres actualités qui pourraient vous intéresser