Actualité locale Par Alex Meunier |

La MRC s’est intéressée à la route Maniwaki-Témiscamingue et aux autres chemins à double vocation

MRC-Vallée-de-la-Gatineau-300x116
Temps de lecture
2 min

Un des dossiers casse-tête dans la région est sans contredit l’entretien des routes qui sont partagées entre les usagers qui s’y baladent en voiture et l’industrie forestière, qui assure le transport de nombreux chargements de bois sur ces chemins.

Durant la réunion ordinaire du conseil des maires de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau, il a été question des chemins à double vocation qui traversent le territoire. La directrice générale de la MRCVG, Lynn Kearney, indique que les maires de la région tentent de trouver une nouvelle façon de financer les travaux nécessaires au maintien de ces routes :

Le dossier des chemins à double vocation en est un qui perdure depuis des années dans la région. La MRCVG veut trouver une nouvelle façon de financer les travaux et a fait une proposition aux différentes instances gouvernementales, notamment avec l’aide de la Commission régionale des Ressources naturelles et des Territoires publics de l’Outaouais. À nouveau, les commentaires de Lynn Kearney :

Mentionnons qu’en Outaouais, c’est dans la Vallée-de-la-Gatineau que l’on retrouve la plus grande proportion de chemins à double vocation, qui servent à aller chercher des ressources forestières ou minières. Ce type de route représente 579 km du réseau routier val-gatinois, alors que l’on en compte que 80 km dans la MRC de Pontiac et seulement 39 km dans la MRC de Papineau.

Autres actualités qui pourraient vous intéresser