Actualité locale Par Alex Meunier |

La MRC de la Vallée-de-la-Gatineau réclame le statu quo dans la réserve faunique La Vérendrye

MRC-Vallée-de-la-Gatineau1-300x116
Temps de lecture
2 min

Le dossier de la redéfinition des limites territoriales pour les unités d’aménagement forestier a été discuté durant la plus récente séance ordinaire du conseil des maires de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau. Actuellement, une partie du territoire géré par les employés du Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs (MFFP) de Maniwaki se retrouve dans la région administrative de l’Abitibi-Témiscamingue.

Le gouvernement voudrait que chaque région administrative s’occupe des chantiers forestiers sur son territoire, mais ce n’est pas une situation acceptable pour le conseil des maires de la MRCVG, comme l’indique le préfet Michel Merleau :

À l’assemblée publique de la MRC du mois d’avril, les maires de la région ont donc demandé le statu quo au gouvernement du Québec pour le fractionnement des unités d’aménagement du MFFP :

Autre particularité du secteur de l’Outaouais dans la réserve faunique La Vérendrye, c’est la présence de la communauté algonquine de Lac Barrière. Selon l’entente trilatérale qui lie les gouvernements fédéral et provincial à la communauté autochtone, les territoires de Lac Barrière s’étendent de part et d’autre des limites régionales de l’Outaouais et de l’Abitibi. Le village algonquin se retrouve toutefois en Outaouais, un fractionnement des unités d’aménagement forestier du gouvernement pourrait donc compliquer la tâche au niveau de l’harmonisation des coupes forestières dans ce secteur.

Autres actualités qui pourraient vous intéresser