Actualité locale Par Félix-Antoine Parent |

La construction d’une centrale électrique ouvre la porte à plus de développement à Lac-Barrière

Drapeau Lac Barrière
Temps de lecture
2 min

Pour le chef de Lac-Barrière, Tony Wawatie, la construction d’une centrale électrique alimentée par la biomasse représenterait une opportunité de développement incroyable pour sa communauté.

Une telle avenue permettrait de procéder à la construction de nouvelles résidences et, par la même occasion, de réduire la surpopulation qui est présente dans plusieurs résidences. Le chef, Tony Wawatie, indique que cette surpopulation entraîne des défis sur le plan social auxquelles la communauté tente de s’attaquer depuis de nombreuses années :

S’il estime que l’électrification de la communauté ouvrirait la porte à des projets de développements économiques et à la création d’emplois, Tony Wawatie ne croit pas que ce soit à Lac-Barrière d’assumer la facture. Il voit dans ce projet une opportunité pour le gouvernement fédéral de démontrer son sérieux dans sa démarche de réconciliation avec les Premières Nations. Il est d’avis qu’il s’agit du bon moment pour aller de l’avant dans le contexte actuel :

En plus d’assurer une nouvelle source d’électricité à la communauté de lac Barrière, cette avenue sera moins dommageable au point de vue environnementale puisqu’une centrale du genre est alimentée par des matières végétales ou animales et non pas par des énergies fossiles.

Rappelons que les maires de la Vallée-de-la-Gatineau ont déjà autorisé les changements de zonage nécessaire à la construction d’une centrale électrique alimentée par la biomasse.

Autres actualités qui pourraient vous intéresser