Écoles de jour : Ottawa va verser une indemnisation aux Premières nations

Une école de jour située à Trout Lake, Ontario

C’est cette semaine que le gouvernement fédéral a annoncé son intention de verser des indemnités aux membres des Premières nations qui ont été victimes des écoles de jour, où le traitement subi était très semblable à ce qui se vivait dans les pensionnats autochtones. En fait, la seule différence qui existait entre les pensionnats et ce que l’on appelait les externats réside dans le fait que les enfants retournaient à la maison tous les soirs et que les parents étaient dans l’obligation de renvoyer leurs enfants dans ces établissements tous les jours.

La ministre des Relations Couronne-Autochtones, Carolyn Bennett, a annoncé qu’Ottawa prévoit verser une somme de 10 000 $ en guise de compensation individuelle aux gens qui ont souffert lors de leur passage dans ces écoles. Des indemnités supplémentaires, allant de 50 000 $ à 200 000 $ seront aussi versés à ceux qui y ont vécu des abus physiques ou sexuels. Cette annonce n’est pas sans rappeler les compensations versées aux victimes des pensionnats, qui ont accès à ce mécanisme de règlement depuis 2007. C’est en 2009 qu’une action collective au nom des victimes des écoles de jour a été lancée.

Dans un article, le Journal de Montréal rapporte les propos d’une aînée originaire de Kitigan Zibi, Claudette Commanda, qui a indiqué avoir subi de mauvais traitements dans sa jeunesse quand elle a fréquenté une école de jour de la région de Maniwaki.

En plus des compensations individuelles, le gouvernement fédéral compte investir une somme de 200 M$ pour financer des programmes de guérison, de promotion des langues autochtones et d’autres types d’initiatives du genre.

Rappelons qu’environ 200 000 enfants des communautés des Premières nations d’un océan à l’autre ont été forcés de fréquenter ce que l’on appelait des « écoles indiennes » dès 1920. Ces écoles étaient sous la responsabilité du gouvernement fédéral.

Lire également

Maniwaki et le CISSSO endiguent le Foyer Père Guinard

Des employés de la ville de Maniwaki et du Centre intégré de Santé et de …

MRCVG