Forêt Vive veut protéger la forêt Lajoie

En 2010, le Canada a ratifié la Convention sur la diversité biologique et s’est du même coup engagé à atteindre les « Objectifs d’Aichi ».

L’un de ces 20 objectifs est de protéger 17% de la superficie du territoire du Canada d’ici 2020. Si les aires protégées représentent 10% du territoire du Québec, uniquement 6% de la superficie de l’Outaouais est protégée. Dans cette optique, l’organisme val-gatinois Forêt Vive suggère au gouvernement du Québec de protéger la forêt Lajoie située dans la municipalité de Bouchette. Il s’agit d’un territoire de 24 km2 qui possède plusieurs caractéristiques uniques dans la région comme le mentionne le président de l’organisme Forêt Vive, Dominique Bherer :

Pour que la forêt Lajoie soit désignée comme aire protégée, l’organisme doit obtenir l’accord de plusieurs partenaires, dont les Premières Nations et les municipalités limitrophes. Le conseil de bande de Kitigan Zibi et le conseil municipal de Bouchette ont déjà donné leur appui à ce projet. Forêt Vive devra maintenant rencontrer les représentants de Gracefield afin d’obtenir leur aval. Ce n’est que par la suite que les démarches officielles avec le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques pourront débuter :

Les membres de Forêt Vive s’intéressent également à la rivière Ignace, elle qui se jette dans le lac Désert, lequel constitue le plan d’eau de tête de la rivière Désert. Il semble que cet endroit soit propice à une désignation d’aire protégée.

Dominique Bherer invite les personnes qui connaîtraient des lieux uniques dans la région à le contacter afin d’évaluer s’il s’agit d’un territoire d’intérêt pour l’organisme.

Lire également

Maniwaki : Destination de plein air hivernal

La ville de Maniwaki a procédé à l’inauguration des sentiers de raquette et de ski …