Écran de fumée entourant la légalisation du cannabis à Kitigan Zibi

Le gouvernement fédéral a récemment déposé son projet de loi qui vise à légaliser le cannabis au Canada. Plusieurs questions demeurent en suspend, alors que de nombreux paramètres entourant cette légalisation restent flous. Alors que les provinces ne savent pas sur quel pied danser par rapport aux méthodes de distribution de cette substance, les lieux de vente et l’application des nouvelles lois, c’est plutôt la question de la taxation des produits du « pot » qui est soulevée dans les communautés autochtones.

Pour Jean-Guy Whiteduck, chef du conseil de bande de Kitigan Zibi, il est primordial que le gouvernement fédéral entame un processus de consultation pour que toutes les parties s’entendent sur la marche à suivre en vue de la légalisation, prévue pour 2018 :

Le chef Whiteduck prend en exemple les « cabanes à cigarettes » qui sont nombreuses aux abords de la route 105. Ces dernières vendent leurs produits sans taxes, tant aux autochtones qu’aux non autochtones. Une problématique qui ne doit pas se répéter avec le cannabis, selon lui :

Même s’il aborde la question avec beaucoup de prudence, Jean-Guy Whiteduck ne ferme pas totalement la porte à ce qu’un projet d’usine de production de cannabis voit le jour sur la communauté. Il indique que si un projet est soumis à la communauté, le conseil de bande se penchera là-dessus et prendra une décision en temps et lieu :

Le chef du conseil de bande de Kitigan Zibi ne se voile toutefois pas la face dans ce dossier. Il est conscient que de nombreux producteurs font pousser des plants de « pot », tant sur la réserve qu’ailleurs dans la Vallée-de-la-Gatineau. Il souhaite simplement que la légalisation n’entraîne pas une augmentation de la consommation.

Lire également

Retour sur la soirée chasse et pêche du Club Optimiste

Environ 200 billets ont été vendus dans le cadre de la tournée de film chasse …